Logo préfècture région
  Centre d’Etudes des Tunnels

Equipements

publié le 25 mai 2007 (modifié le 30 août 2010)

L’instruction technique jointe à la circulaire n°2000-63 s’applique aux ouvrages neufs de l’Etat de plus de 300m. Pour les ouvrages existants de l’Etat et pour ceux des collectivités locales (neufs ou non), elle sert de référentiel technique pour la définition du niveau de sécurité.
En ce qui concerne les équipements, elle détaille tour à tour les volets les plus importants au plan de la sécurité en les regroupant sous les rubriques suivantes :
- les équipements de sécurité
- le comportement au feu
- l’exploitation.
Rappelons que cette circulaire ne concerne que les tunnels de plus de 300m, seuil en deçà duquel il n’y a pas d’enjeu « tunnel » proprement dit, car en cas d’incident d’une certaine ampleur, le réflexe naturel est de gagner rapidement l’extérieur qui se trouve à proximité.

1- les équipements de sécurité :

Les équipements de sécurité essentiels sont conçus pour apporter des réponses à un certain nombre de préoccupations :

- l’alimentation électrique :

Comment assurer, sans coupure, le fonctionnement de l’éclairage de sécurité, de la signalisation et du balisage lumineux, des équipements de gestion du trafic en cas de défaillance ou de panne de l’alimentation électrique ?
Comment disposer de la puissance nécessaire pour mettre en œuvre le désenfumage en cas de coupure de l’alimentation ?

- la ventilation et le désenfumage :

Comment maintenir en permanence dans le tunnel un niveau de pollution inférieur aux seuils recommandés par le ministère de la santé ?
Quel dispositif de désenfumage adopter compte tenu de la configuration du tunnel, du volume et de la composition de son trafic, de son environnement,… ? (Le désenfumage) Quelles sont les performances de ce système ? Sa fiabilité ? Sa facilité de mise en œuvre ?
Comment ventiler le tunnel mais aussi tous les aménagements connexes (galeries, abris,..) ?

- l’éclairage :

Comment assurer, dans le tunnel mais aussi dans les aménagements connexes, le niveau minimal d’éclairement en cas de problème ?
Comment aider l’usager en difficulté en balisant le cheminement à suivre et en le guidant vers les abris ou les issues de secours ?

- le réseau d’appel d’urgence :

Comment permettre à chaque usager en difficulté de communiquer rapidement avec les services de l’exploitant ou les services de secours ?
Comment rendre ce dispositif d’appel accessible à tous, y compris les personnes à mobilité réduite ?

- les moyens de détection et de lutte contre l’incendie :

Dans quel cas faut-il installer un système de détection automatique d’incendie ? Quelles fonctions ce système doit-il déclencher ?
Comment disposer à coup sûr, et partout dans le tunnel, des débits et des pressions d’eau nécessaires aux pompiers ? Comment en disposer même en cas de rupture d’une canalisation ?

- la signalisation, la signalétique et les dispositifs de fermeture du tunnel :

La signalisation est réglementée par l’instruction interministérielle sur la signalisation routière depuis 2003.

- la retransmission des radiocommunications :

Comment assurer la continuité des communications et la retransmission des radiocommunications des services de secours, où qu’ils se trouvent dans le tunnel ?
Comment diffuser, par radio, de l’information ou des consignes vers les usagers dans le tunnel ?

- les moyens de surveillance et de détection rapide d’un incident :

Comment faire en sorte que tout incident soit détecté le plus rapidement possible ? Qu’est-il possible d’automatiser compte tenu de l’organisation de l’exploitation du tunnel ?

2- le comportement au feu :

L’incendie de poids lourd est l’événement le plus redouté. Dans le cas où celui-ci se produit, il est fondamental que chaque élément de structure, chaque équipement puisse remplir sa fonction malgré la montée des températures et l’éventuelle propagation de l’incendie. Les aspects suivants sont examinés avec un soin tout particulier :

- la réaction au feu des matériaux :

Comment et dans quelles conditions les différents matériaux sont-ils susceptibles de prendre part au feu auquel ils sont exposés ?
Les exigences minimales de l’instruction technique sont-elles respectées ?

- la résistance au feu :

Quelles sont les hypothèses de température à prendre en compte ?
Quels niveaux de résistance au feu attend-on des différents éléments de l’ouvrage compte tenu de leur caractère stratégique ou non dans la tenue de la structure, dans l’évacuation des usagers, dans la mise en œuvre des scénarios de secours ?
Comment garantir des conditions acceptables dans les différents lieux où sont susceptibles de se trouver des usagers ou des forces de secours ?

- le fonctionnement à la chaleur des équipements :

Comment garantir la continuité des artères principales d’alimentation électrique et des câbles de télétransmissions, et cela où que se produise l’incendie ?
Les accélérateurs résistent-ils suffisamment longtemps aux montées en température ? Qu’en est-il de leurs performances ? Le dispositif d’accrochage est-il apte à supporter également ces sollicitations thermiques ?
Le fonctionnement de chacun des éléments du système de désenfumage sera t-il garanti pour les hypothèses de température que fixe la réglementation ?

3- l’exploitation :

L’exploitation ne constitue pas à proprement parler un équipement. Elle y est cependant toujours associée car c’est par elle, par les moyens qu’elle met en œuvre, par les consignes qu’elle fixe, que les équipements sont utilisés.
Elle est le chef d’orchestre de la chaîne de la sécurité. L’Instruction technique insiste sur les points suivants qu’il convient de traiter complètement pour chaque tunnel :

- l’importance des moyens d’exploitation :

Compte tenu des caractéristiques du tunnel, de son trafic, de son environnement quel degré de permanence et de surveillance retenir parmi les 4 que définit l’Instruction ? Quelles conséquences au plan de l’organisation et des équipements du tunnel ?
Où sont implantés les services de secours ? Sont-ils équipés pour intervenir ? De quels moyens doivent-ils disposer ?

- l’élaboration de documents de référence :

Comment est réglementée la circulation dans le tunnel ? Tous les véhicules sont-ils admis ?
Chaque intervenant dans la chaîne de la sécurité dispose t-il de consignes claires sur la conduite qu’il doit tenir pour chacun des types d’incidents ? Ces consignes couvrent-elles bien toutes les causes éventuelles de défaillance ?
Le plan d’intervention et de sécurité (PIS) qui doit rassembler entre autres tous les éléments sur l’organisation et la coordination des moyens d’intervention ainsi que les consignes générales d’intervention est-il complet ?

- le maintien dans le temps du niveau de sécurité et la capitalisation des expériences :

Les exercices se déroulent-ils à une fréquence satisfaisante ? comment se fait le retour d’expériences sur le déroulement des interventions sur incidents ? A t-on les moyens de tirer la leçon des évènements qui se produisent ?