Logo préfècture région
  Centre d’Etudes des Tunnels

Quelle est la situation actuelle en matière de réhabilitation des ouvrages ?

publié le 24 mai 2007

Le seuil, retenu par la réglementation nationale, correspondant à la longueur à partir de laquelle les enjeux de sécurité propres aux tunnels imposent des dispositions particulières est de 300 m.

Le patrimoine concerné des ouvrages de plus de 300 m sur le réseau routier de l’Etat est, après transfert, de 80 ouvrages, hors les tunnels transfrontaliers.

Depuis 1999, chacun de ces tunnels doit faire l’objet d’un diagnostic et d’une analyse détaillée dont tous les éléments sont regroupés dans un dossier de sécurité soumis à un comité d’experts indépendants de l’exploitant du tunnel. Associant tous les intervenants en cas d’incidents (exploitants, pompiers, forces de l’ordre…), ce dossier décrit les actions à conduire pour chaque incident susceptible de se produire. Il évalue aussi les conséquences probables de ces incidents et le fonctionnement attendu des équipements et des secours.

La presque totalité des 80 tunnels a fait l’objet de l’élaboration d’un tel dossier de sécurité et d’un examen par le Comité d’évaluation de la sécurité des tunnels routiers (CESTR) entre 2001 et début 2006 puis par la Commission nationale d’évaluation de la sécurité des ouvrages routiers (CNESOR) à partir de mars 2006. Ces instances ont donné un avis sur les programmes d’amélioration prévus par les maîtres d’ouvrage.

La situation globale, à fin 2006, de l’avancement des travaux de mise en sécurité de ces tunnels est la suivante :
- l’essentiel des travaux de mise en conformité est achevé pour 15 tunnels,
- les travaux de 21 autres tunnels seront terminés à fin 2008,
- les travaux de 9 autres tunnels seront terminés à fin 2010,
- les travaux des 35 derniers tunnels seront achevés fin 2012.

Il est important de signaler que, sans attendre l’aboutissement des études et la réalisation progressive de ces travaux, le responsable de chaque tunnel a pris toutes les mesures immédiates d’exploitation qui permettaient de garantir la sécurité pendant la période transitoire. Ces mesures peuvent être l’interdiction ou la limitation du passage des poids lourds, la mise en place d’alternats de circulation, la pose d’équipements de gestion du trafic, de fermeture du tunnel,…

Le montant de l’estimation de l’ensemble des travaux de rénovation des tunnels du réseau routier national hors tunnels transfrontaliers s’élève à 1 400 millions d’euros ; sur ce total près de 600 millions d’euros ont déjà été affectés à fin 2006.

La nouvelle réglementation, mise en place en 2005 et 2006, s’applique également à la centaine de tunnels de plus de 300 m des collectivités (départements, régions, villes, groupement de communes…).

Un certain nombre de ces tunnels appartenant à l’État avant transfert a fait l’objet de l’élaboration d’un dossier de sécurité et d’un avis par le CESTR. D’autres tunnels, appartenant à des collectivités territoriales, ont également été examinés soit à la seule initiative du maître d’ouvrage, soit par obligation depuis l’élargissement du dispositif réglementaire.
Des travaux de rénovation sont donc en cours ou vont être lancés pour ces tunnels.