Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Actualités
 

Ça fume dans le tunnel de la Citadelle !

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 octobre 2021

Le tunnel de la Citadelle, exploité par Grand Besançon Métropole, permet de faciliter les échanges entre le sud-ouest et le nord-est de l’agglomération bisontine.

Après une première phase de travaux de modernisation incluant la mise en place de moyens de protection au feu de la structure et l’implantation d’équipements de sécurité supplémentaires, le maître d’ouvrage a lancé une seconde phase de travaux, notamment pour améliorer les capacités du système de désenfumage. Le débit d’extraction des fumées a ainsi été porté de 70 m³/s à 155 m3/s, en mutualisant les anciens réseaux de soufflage d’air frais et d’extraction des fumées.

Fermé à la circulation le 1er juillet 2021, les travaux ont dû être réalisés dans un délai très contraint, la Métropole s’étant engagée à rouvrir le tunnel exactement deux mois plus tard, le 1er septembre. Pour valider le bon fonctionnement des équipements de sécurité (et en particulier de la ventilation avant remise en service), les services préfectoraux ont souhaité que soit mis en place un programme d’essais comportant un essai de fumées, accompagné d’un exercice de sécurité. Le CETU a apporté son conseil à la Préfecture du Doubs, à la DDT 25 et au SDIS 25 pour la construction du programme général des essais et la définition précise des prescriptions techniques de l’essai de fumées.

L’exercice de sécurité couplé à un essai de fumées tièdes produit par un mélange Chardot a parfaitement répondu aux objectifs de vérification attendus. L’essai n’a toutefois pas permis de s’approcher des conditions ambiantes dans le tunnel en cas d’incendie réel, du fait de sa puissance trop réduite.

Un second essai de fumées est ainsi prévu au début du mois de novembre 2021, avec cette fois la production de fumées chaudes par combustion de bacs d’heptane et de mélange Chardot. Ce deuxième essai devrait permettre de mieux observer les conditions de stratification des fumées et ainsi de mieux évaluer les conditions d’évacuation des usagers et d’intervention des services de secours. Le CETU participera également à ce second essai.